Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 juin 2017 7 04 /06 /juin /2017 09:49
La loi Handicap doit être revue et corrigée !
La loi Handicap doit être revue et corrigée !
La loi Handicap doit être revue et corrigée !
La loi Handicap doit être revue et corrigée !
La loi Handicap doit être revue et corrigée !
La loi Handicap doit être revue et corrigée !

La réunion publique en plein-air à Metz-Queuleu "Aux 2 Marronniers" que j'ai organisé le 02/06 dernier m'a permis de constater l'inquiétude grandissante des habitants venus de différents quartiers de Metz ou de plusieurs communes de la 3ème circonscription de la Moselle sur les réformes nécessaires à venir dans notre pays.

Ils sont tous demandeurs de renouvellement mais aussi d'élus de proximité, qui travaillent déjà sur le terrain et connaissent les dossiers.

Parmis les sujets qui les préoccupent le plus, la hausse de la CSG et la sécurité sociale d'Alsace-Moselle qu'ils ont peur de perdre malgré le fait qu'elle soit bénéficiaire.

Autres sujets importants à leurs yeux est l'accessibilité des personnes handicapées et la lenteur administrative dans les réponses à leurs dossiers MDPH. Beaucoup de personnes rencontrées ou présentes sont dans l'incertitude et devant des mois d'attente, avec parfois des dossiers refusés, et acceptés tout de même après examen approfondi plusieurs mois plus tard.

Ils regrettent tous également que la loi du 11 février 2005 dite loi « handicap » qui concerne le cadre bâti et qui prévoit :

1/ Le principe d'accessibilité généralisée sans rupture de la chaîne du déplacement

2/ L'attestation de conformité aux règles d'accessibilité obligatoire

3/ L'obligation d'accessibilité pour les établissements recevant du public (ERP) neufs

et qui devait donc assurer l’accessibilité des personnes handicapées à toute la société, qu'une décennie plus tard le bilan est décevant.

«La loi de 2005 était une grande loi, avec un vrai souffle, mais elle a été peu à peu oubliée, victime d’une absence de volonté politique. » Ce sont par ces mots que le secrétaire général de la Fnath (association des accidentés de la vie), Arnaud de Broca, avait résumé en février 2015, la position des 70 organisations du comité d’entente chargé de défendre les droits des personnes handicapées.

Promulgué le 11 février 2005, ce texte devait en effet améliorer concrètement la vie quotidienne de ces personnes en assurant l’accessibilité des services et des transports publics, des entreprises et des logements, mais aussi en instaurant des mécanismes de compensation du handicap.

Au niveau local, cela patine et je le constate presque tous les jours. Combien de fois m'appelle-t-on pour essayer de débloquer un dossier, me signaler des problèmes d'accessibilité ou pour me demander un avis juridique ou administratif sur le jargon employé ?

Pas facile aussi pour les élus (maires et conseillers généraux), chargés de faire appliquer la loi sur le terrain. Faute d'argent souvent, ou d'une mauvaise connaissance de la loi et de son contenu.

Que dire aussi de l'accessibilité d'élèves handicapés dans nos écoles ? Certains reportages ces dernières années ont été édifiants. Et même si on note des progrès, peut-on parler vraiment de scolarité normale ?

J'ai malheureusement un chiffre en tête - datant de 2008 - de 13 000 enfants sans aucune solution éducative  et qui n’a toujours pas été démenti par les pouvoirs publics.

Et dans le monde du travail, le constat est tout aussi flagrant. C'est sans doute le terrain dans lequel l'intégration des personnes handicapées a le moins progressé, quand l’accès aux formations professionnelles leur semble aussi largement fermé.

Peu de personnes le savent mais ce principe de l'accessibilité date de 1975. Et on est encore à jour, en 2017, avec une loi qui tarde à être appliquée.

Faire une nouvelle loi peut-il être salutaire ? La reprendre sans aucun doute et faire en sorte de rappeler l'urgence de traiter de l'accessibilité en ayant une politique volontariste sur le sujet, et des moyens supplémentaires au niveau local.

La prise en charge du handicap a été la grande oubliée du débat présidentiel. J'ai souhaité en faire un de mes engagements de campagne. Car je souhaite pouvoir à l'Assemblée Nationale faire partie des élus qui défendront les plus de 12 millions de personnes en situation de handicap vivant en France.

À mes yeux, la loi Handicap a été vidée de son contenu et l’AAH est fixée à 810,89 euros, soit près de 200 euros en dessous du seuil de pauvreté. Est-ce normal quant on sait que les aides pour le quotidien de nombreuses personnes handicapées a également été divisé par 2 ou par 4 ces dernières années faute de moyens financiers ?

Pour les premières personnes concernées, c’est sur le terrain de la prestation de compensation du handicap (PCH), qu’il faudrait agir en urgence. La PCH est une aide financière versée par le département et qui est destinée à rembourser les dépenses liées à la perte d’autonomie des personnes en situation de handicap. Une prise en charge financière des besoins en aide humaine prévue par la loi Handicap de 2005, qui garantit aux personnes handicapées l’égalité des droits et des chances.

Or, les caisses de certains départements sont vides et la PCH est pour eux un poste budgétaire sur lequel il faut faire des économies.

Désormais, elle est réduite aux actes essentiels, mais si une personne est dans l’incapacité physique de sortir de son lit ou de s’habiller, comment peut-on considérer que la préparation de ses repas ou l’entretien ménager de son domicile ne sont pas eux aussi des actes essentiels ?

Autant de questions que je souhaite pouvoir adresser au nouveau gouvernement.

Partager cet article

Repost 0
Published by Christine SINGER
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog politique de Christine SINGER - Conseillère Municipale à Metz et Communautaire à Metz Métropole - Tête de liste aux élections régionales 2015 pour le PLD dans le Grand Est / ACAL
  • Le blog politique de Christine SINGER - Conseillère Municipale à Metz et Communautaire à Metz Métropole - Tête de liste aux élections régionales 2015 pour le PLD dans le Grand Est / ACAL
  • : Présidente du Parti Libéral Démocrate du Grand Est - Conseillère municipale à Metz & Conseillère communautaire à Metz Métropole
  • Contact

Pour me contacter

Par téléphone : 06.72.71.60.95

Par email : singer.christine5@gmail.com ou christine.singer@pld-acal.fr

 

 

 

Recherche

Pour adhérer au PLD

Cliquer ici : Document Aperçu non enregistré  link

Régionales 2015

Pour retrouver le programme de Christine SINGER, cliquez ici : www.pld-acal.fr