Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 janvier 2012 6 07 /01 /janvier /2012 09:17

Privés de courant pour 255 € d’impayés, des parents se sont résignés à quitter, avec leur bébé de 9 mois, leur appartement de Metz-Nord, avant les fêtes. L’UEM justifie cette décision radicale.

La lumière s’est éteinte mi-décembre. « Le petit a eu peur, il s’est mis à hurler. »


Sans électricité, impossible de rester dans le logement situé tout en haut de la barre de la rue Paul-Chevreux, à Metz-Nord. Michaël, Aurélie et le petit Enzo, neuf mois, ont quitté aussitôt le petit trois-pièces au centre duquel se dresse toujours un sapin de Noël.

« Juste le temps de prendre deux ou trois affaires, et on est parti dans la famille. On ne s’y attendait pas, on pensait encore avoir du temps devant nous, passer les fêtes à la maison… » Le couple n’est pas allé chercher une lettre recommandée de l’UEM, énième relance envoyée début décembre.

Tout y est : une litanie de difficultés, la coupure du courant, les dettes accumulées, une famille sans solution, quasiment à la rue.

Avec leurs deux RSA, les parents ont fini par avoir la tête sous l’eau. Une facture impayée s’est ajoutée à une autre, puis à une autre… Pas besoin de long discours pour comprendre que le peu d’argent disponible est d’abord utilisé pour le bébé. Ils ont tiré sur la corde et elle a fini par casser. Pour 255 € de factures d’électricité impayées, une famille messine qui va s’agrandir en mars – Aurélie est enceinte – se retrouve faute de courant, privée d’un logement qu’elle a, d’ailleurs, toutes les peines du monde à payer.

Certains, comme Christine Singer, la déléguée de la 1re circonscription du Modem qui sillonne chaque jour le secteur, s’étonnent que l’on puisse couper le courant à une famille pour un si faible arriéré de paiement. L’UEM répond que « ce n’est pas la somme qui prévaut mais le nombre de factures qui n’ont pas été honorées. Cela fait presque un an maintenant qu’il y a des problèmes dans cette famille. »

Au sein de la société, certains indiquent mezzo vocce que la politique de la maison s’est durcie, vis-à-vis des mauvais payeurs. Stéphane Kilbertus, le directeur commercial, s’en défend : « Nous sommes beaucoup plus tolérants que ne le prévoit la loi. Un décret de 2005 permet une coupure à partir de 50 jours d’impayés et deux lettres de relance. Nous laissons plus de temps aux clients pour trouver une solution et nous envoyons trois courriers avant de couper. »

« Une extrémité qui ne fait pas plaisir »
En filigrane, ce responsable déplore que le couple de la rue Paul-Chevreux ait tardé à entreprendre les démarches pour s’en sortir. « Nous avons une équipe dédiée à ces situations difficiles. Ils mettent les clients en relation avec les organismes qui peuvent les aider : les assistantes sociales et le fonds solidarité logement, par exemple. Mais encore faut-il que les clients se prennent en main et entreprennent les démarches. Ce n’est jamais de gaieté de cœur que l’on coupe le courant, surtout en hiver. C’est une extrémité qui ne fait pas plaisir mais nous y sommes parfois obligés en vertu de l’égalité de traitement… » Cela représente moins d’un cas pour mille clients, d’après l’UEM.

Que vont faire Michael et Aurélie, maintenant ?

Hébergés par des amis ou de la famille depuis presque un mois, ils sentent qu’ils « dérangent. Nous n’allons pas pouvoir rester là encore longtemps, soupire la jeune maman. Moralement, je suis au bout, j’en peux plus de cette situation. »

Des entrevues avec le centre communal d’action social auraient éclairci leur horizon hier. Un autre rendez-vous est prévu lundi. Et il y a cette promesse de l’UEM : « S’ils font les démarches qui démontrent leur bonne foi et leur envie de s’en sortir, nous rétablirons l’électricité ».

K. G.

Partager cet article

Repost 0
Published by Christine SINGER
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog politique de Christine SINGER - Conseillère Municipale à Metz et Communautaire à Metz Métropole - Tête de liste aux élections régionales 2015 pour le PLD dans le Grand Est / ACAL
  • Le blog politique de Christine SINGER - Conseillère Municipale à Metz et Communautaire à Metz Métropole - Tête de liste aux élections régionales 2015 pour le PLD dans le Grand Est / ACAL
  • : Présidente du Parti Libéral Démocrate du Grand Est - Conseillère municipale à Metz & Conseillère communautaire à Metz Métropole
  • Contact

Pour me contacter

Par téléphone : 06.72.71.60.95

Par email : singer.christine5@gmail.com ou christine.singer@pld-acal.fr

 

 

 

Recherche

Pour adhérer au PLD

Cliquer ici : Document Aperçu non enregistré  link

Régionales 2015

Pour retrouver le programme de Christine SINGER, cliquez ici : www.pld-acal.fr